Rééquilibrage alimentaire : se donner les chances d’y arriver

La tête
Chaque individu est unique, avec un profil métabolique personnel et des besoins spécifiques.

C’est pourquoi les autorités sanitaires insistent régulièrement sur l’importance de se faire accompagner par un professionnel de santé pendant une démarche nutritionnelle1.

Entreprendre un rééquilibrage alimentaire n’est pas anodin en termes de santé et entraîne des bouleversements dans la vie quotidienne. Découvrez nos conseils pour maintenir une motivation durable, un élément indispensable pour favoriser ce changement d’habitudes.

Consulter régulièrement son professionnel de santé

L’accompagnement régulier par un professionnel de santé est une aide essentielle pour parvenir à modifier vos habitudes. Avec des entretiens fréquents, le programme alimentaire est adapté systématiquement à vos besoins individuels : l’éducation nutritionnelle peut se construire progressivement. Il s’agit également d’un temps d’échange qui permet d’évoquer vos difficultés éventuelles.

Se fixer des buts et des bénéfices à atteindre

Pour réussir à avancer vers son objectif, il est en effet indispensable de savoir ce que l’on souhaite obtenir. N’hésitez pas à noter sur une feuille ces différents éléments :

  1. Vos buts, par ordre d’importance. Par exemple : la taille des vêtements, la silhouette souhaitée …
  2. Vos bénéfices, en commençant par les plus importants. Essayez de préciser au maximum les bénéfices que vous apportera votre démarche nutritionnelle. Par exemple être bien dans sa peau, avoir plus de souffle, retrouver une meilleure confiance en soi, être en meilleure santé …
  3. Le film de votre succès. S’imaginer à son objectif, c’est déjà se projeter vers la réussite. Représentez-vous en ayant atteint votre objectif et décrivez-vous, en développant un maximum de détails : vos vêtements ajustés à votre nouvelle silhouette, leur couleur et leur matière, la sensation de se sentir plus léger, le bien-être ressenti…
    Utilisez cette gymnastique mentale tous les jours, le plus souvent possible.

Apprivoiser ses émotions pour éviter les « dérapages »
Entreprendre une démarche de rééquilibrage alimentaire signifie faire des choix et renoncer à certaines préférences alimentaires. Cependant, la nourriture ne répond pas seulement à un besoin nutritionnel, elle peut aussi être utilisée (consciemment ou non) en réponse à certaines émotions : la joie, la tristesse, la peine, l’ennui… Selon l’intensité de ses émotions, il peut être difficile de rester assidu à son programme alimentaire.

Voici quelques pistes pour vous y aider

Si vous avez envie de vous faire plaisir (recherche de récompense, d’une émotion agréable) :
Prévoyez de nouvelles sources de satisfaction, autrement que par la nourriture. Il s’agit par exemple de prendre du temps pour soi, de regarder des photos, de s’accorder un bain moussant, de s’offrir un soin de peau, d’appeler un ami… l’essentiel est de trouver ce qui vous fera vraiment plaisir, et de l’utiliser dès que vous renoncez à un plaisir gustatif.

Si vous avez besoin de vous consoler (compensation d’une émotion désagréable) :
Réfléchissez à l’événement qui en est responsable, et précisez les émotions et les pensées qui vous envahissent à ce moment-là. Le fait de comprendre est un premier pas pour réussir à mieux gérer son comportement une prochaine fois.

1. « Évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement », rapport d’expertise collective, ANSES, novembre 2010