Les critères incontournables d’une motivation durable

La tête
Chaque individu est unique, avec un profil métabolique personnel et des besoins spécifiques.

C’est pourquoi, dans leur rapport de 2010, les autorités sanitaires1 recommandent de se faire accompagner par un professionnel de santé pendant une telle démarche.

Entreprendre une démarche de rééquilibrage alimentaire n’est pas anodin en termes de santé et peut entraîner des bouleversements dans la vie quotidienne. Voici quelques conseils pour maintenir une motivation durable :

Se faire aider par son médecin

L’accompagnement régulier par un professionnel peut être une aide essentielle pour favoriser le changement des habitudes.

Avec des entretiens réguliers, le programme alimentaire est adapté systématiquement aux besoins individuels du patient : l’éducation nutritionnelle peut se construire progressivement. Il s’agit également d’un temps d’échange qui permet d’évoquer les difficultés éventuelles. Le suivi de la composition corporelle au fil des consultations permet de visualiser concrètement les résultats obtenus et favorise la projection à l’objectif désiré.

Apprendre à gérer ses frustrations

Entreprendre une démarche de rééquilibrage alimentaire nécessite de faire des choix et renoncer à certaines préférences alimentaires. Si ces préférences alimentaires tenaient une place importante dans le quotidien, il est nécessaire de les remplacer par une nouvelle source de satisfaction, afin d’éviter les frustrations qui vont à l’encontre de la motivation. Il s’agit par exemple de prendre du temps pour soi, s’accorder un bain moussant, s’offrir un soin de peau …

Des outils comportementaux existent pour aider à se détacher du plaisir alimentaire comme seule source de satisfaction. Votre médecin vous en a certainement remis.

Se peser 1 à 2 fois par mois

L’idéal est de se peser uniquement au moment des consultations chez votre médecin. Ce dernier suivra également votre composition corporelle qui permet de visualiser les résultats obtenus et de favoriser la projection à l’objectif désiré.

Apprivoiser ses émotions

Les émotions, positives ou négatives, régissent notre quotidien. Leur intensité peut parfois induire des rapports compulsifs à l’alimentation, et il devient alors difficile de rester assidu à son programme nutritionnel. Quoi qu’il arrive, il est important de déculpabiliser : ces automatismes sont par nature difficiles à contrôler. Votre médecin peut vous apprendre à reconnaître et à gérer différemment vos émotions, de manière à maintenir la motivation en cas de difficultés.

Quand de nouvelles habitudes alimentaires s’installent, c’est un changement d’attitude qui leur permet de prendre place sur le long terme. Aristote disait « ce qu’il faut apprendre pour le faire, nous l’apprenons en le faisant ; c’est en bâtissant qu’on devient architecte ». Devenir l’architecte de son bien-être prend du temps, il est donc nécessaire d’avancer progressivement.